Signez l'appel du M1D 1320 signataires

Exprimez-vous, laissez vos commentaires

Vous pouvez également participer sur le groupe Facebook du M1D : fb_group


  • Lionel Farrugia

    Bonjour à tous, je me permets de diffuser une lettre ouverte que j’ai rédigée il y a quelques jours, qui va je pense dans le sens de ce mouvement. Si vous y adhérez, n’hésitez pas à la signer et la partager : https://secure.avaaz.org/fr/petition/La_France_Insoumise_Organisation_avant_la_fin_du_1er_tour_dune_discussion_publique_entre_M/?chdeJeb&utm_source=sharetools&utm_medium=copy&utm_campaign=petition-412281-La_France_Insoumise_Organisation_avant_la_fin_du_1er_tour_dune_discussion_publique_entre_M&utm_term=hdeJeb%2Bfr

    Merci à tous et bientôt.

  • Leopoldo Marreiros

    Faut descendre en rue et expliquer les projets du mouvement. Ce mouvement est trop peu connu

  • Emi31

    Comme le dit  » Infzum » Il nous faut un NBS de Citoyen a tirer au sort.
    Ensuite, comme le dit Yannick Mougin, « Simone Weil » est pour moi aussi une des philosophe, humaniste, écrivaine et militante politique française faisant partie des
    meilleures references sur les études qui furent faites pendant la guerre concernant la politique.

    Raphael Berland, je suis une partie de ton idée:

    Je souhaite pouvoir moi aussi proposer des articles de lois d’une nouvelle constitution.
    On peut l’ecrire ensemble! Meme si certains sont présents juste pour dire « non pas d’accord » mais sans forcement ecrire. Nous devrions tous avoir le droit d’etre present meme si nous ne sommes pas tous fort pour ecrire une constitution. Cela ne peut exister sans avant pouvoir se reunir en vrai ou sur un forum du net en maximum de gens pour en discuter! 🙂
    Aller on se bouge le cucul! 😀

    Pour laisser le peuple construire une nouvelle constitution, voter et se retracter si besoin.

    1er chambre, « Citoyens Constituants » (élus provisoirement pour un temps donné) tiré au sort serait les personnes garantes de la liste en place de la constitution.

    La 2eme chambre representé par le Peuple serait en charge avc la 1ere de se mettre daccord (avec un 1er vote pour le plus grand nbs de voix qui l’emporte) sur les articles de lois a placer dans la constitution.

    Si 1ou plusieurs articles de lois ne plait pas a 1ou plusieurs personnes du peuple de la 2eme chambre, il serait a charge des personnes de la 1ere chambre de reformuler l’article en question et re-soumise biensur au Vote par la 2eme chambre !
    Un vote qui serait nul oui si 1seul personne nest pas daccord, pour se laisser tous une chance de construire une constitution qui nous ressemble un maximum.
    Donc ce qui fait que cela prend du temps en pensant aussi que nous devons rapidement en venir a un accord parce qu’il en va de notre avenir, de nos valeurs etc

    Et donc, en 3eme le Peuple souverain vote seul

    La 1ere chambre revote pour confirmer en meme temps son engagement envers la constitution
    Et en derniere, les 2chambres vote ensemble pour valider son engagement commun.

    Pour le moment voici ce qui me conviendrait a moi. Apres je peux toujour changer d’avis!
    Je suis jeune mais loin d’etre bete et jattends avec impatience de decouvrir des gens acteurs de leurs avenirs et pour ceux des enfants qui nous precedront.

    A bientot! 🙂 jespere dans la vrai vie!
    Parce que ce nest pas ici que se passera l’avenir qui nous attend!

  • Francis Lenne

    Message transmis aux parlementaires : Il
    est infiniment regrettable que ce soit Obama qui nous dise : nous
    supprimerons les financements du terrorisme! Quelles sont les
    actions (et pas seulement les discours) de la France en la
    matière ?

    Notre pays, lui, fait mine de le demander poliment
    au Conseil de Sécurité de l’ONU mais collabore et va encore
    collaborer, lors de la COP21, en recevant avec les honneurs les États
    criminels qui financent les assassins. C’est insupportable.
    En
    pensant que les résolutions de l’ONU sont efficaces pour combattre
    ces criminels qui nous manipulent, mais sans désigner ces États
    criminels, on se trompe, on nous leurre, on nous trahit. Les
    Nations Unies émettent des résolutions contre le terrorisme et son
    financement depuis que l’ONU existe ; il y a eu au moins 45
    résolutions sur ce sujet depuis 1989 ! On voit où nous en
    sommes… Nombre de français ont des personnes qu’ils connaissent
    qui sont mortes assassinées, sans défense, ces derniers jours.
    C’est mon cas.
    Pourtant, certains croient encore, font mine de
    croire et soutiennent que la nouvelle résolution est indispensable
    pour « unir les nations » avant de désigner clairement les
    États criminels. On peut attendre un moment !
    Voici des
    décennies que nous attendons et que nous continuons à être
    assassinés; qui de censé peut encore prétendre que cette fois « ça
    va marcher » !
    Si les chefs d’États du Conseil de
    sécurité n’ont ni la volonté ni le courage de dénoncer les
    criminels, rien ne les empêchent de le demander en saisissant la
    Cour pénale internationale.

    Nous
    sommes en guerre, nous subissons l’état d’alerte et avec
    l’assassinat massif de civils, ce sont bien des crimes de guerre,
    d’agression, et même des crimes contre l’humanité qui ont été
    commis. La CPI est compétente. Nos chefs d’État, de l’État
    français en particulier la saisissent-ils? Nos représentants
    peuvent aussi solliciter le Procureur de la République, comme chaque
    citoyen, pour saisir la CPI. Le droit existe aussi dans la guerre, la
    justice accompagne les actions de guerre, elle leur donne leur
    légitimité et entraîne l’adhésion des peuples.
    Cette piteuse
    résolution doit encore bien faire rire les États criminels qui
    financent le terrorisme, pou eux une simple résolution de plus,
    extrait :

    « 20/11/2015
    – Terrorisme : le Conseil de sécurité demande aux États
    membres de coordonner leur action contre Daech et d’éliminer son
    «sanctuaire» en Iraq et en Syrie… Cette demande s’applique
    également au Front el-Nosra et à Al-Qaida, ainsi qu’aux autres
    groupes terroristes désignés comme tels par le Conseil de
    sécurité… Par la résolution 2249 (2015), présentée par la
    France et adoptée à l’unanimité de ses 15 membres, le Conseil
    engage aussi les États Membres à redoubler d’efforts pour
    endiguer le flux de combattants terroristes étrangers qui se rendent
    en Iraq et en Syrie et à empêcher et éliminer le
    financement du terrorisme…. »

    Bravo!
    Mais qui organise ce financement ou le tolère sur son sol ?
    Nulle annonce à ce sujet dans cette résolution. Ci-joint, pour
    montrer que nous, citoyens, n’acceptons pas que les criminels d’État
    restent impunis, un tract que chacun pourra utiliser.

    On
    parle beaucoup de financement dans cette résolution 2249, mais
    on n’y désigne jamais ceux qui y contribuent,
    c’est pourtant l’ennemi réel; ces États sont pourtant connus, les
    sources officielles sont publiques.

    Cette
    résolution n’est qu’un effet d’annonce.

    Rappelons
    la résolution 1373 (2001) de l’ONU qui demandait déjà aux États
    Membres de prendre les mesures telles que : «Ériger
    en infraction le financement du terrorisme ; Geler sans
    attendre tous les fonds des personnes impliquées dans des actes de
    terrorisme ; Interdire que les groupes terroristes
    reçoivent un soutien financier quel qu’il soit ; Ériger
    en infraction dans le droit interne l’apport d’un appui, actif ou
    passif, au terrorisme, et traduire les coupables en
    justice.» On voit que la dernière résolution 2249 (2015),
    que la France a demandée à grands roulements de tambours, n’apporte
    rien de plus si ce n’est nommer les armées
    terroristes du moment que nous connaissons, elle est même en
    retrait !

    Rappelons aussi l’Article
    421-2-2 du Code pénal créé par Loi n°2001-1062 du 15 novembre
    2001: « Constitue également un acte de terrorisme le fait
    de financer une entreprise terroriste en fournissant, en réunissant
    ou en gérant des fonds, des valeurs ou des biens quelconques ou en
    donnant des conseils à cette fin, dans l’intention de voir ces
    fonds, valeurs ou biens utilisés ou en sachant qu’ils sont destinés
    à être utilisés, en tout ou partie, en vue de commettre l’un
    quelconque des actes de terrorisme prévus au présent chapitre,
    indépendamment de la survenance éventuelle d’un tel acte. »

    Il
    suffit de faire appliquer les textes existants, annoncer de
    « nouvelles mesures » est de la pure manipulation.

    Jana HybasKova,
    ambassadrice de l’Union européenne en Irak a par exemple dénoncé
    des coupables devant le Parlement européen ce 2 septembre. La France
    le sait mais n’a requis aucune poursuite ni aucune condamnation.
    Lâcheté de nos dirigeants, incompétence ou crainte pour certains
    de se voir impliqués, sous couvert de « diplomatie » ?
    Ces deux attitudes sont tout aussi coupables, criminelles car
    contraires à la loi. On ne négocie avec l’ennemi que lorsque qu’il
    a été vaincu ou bien qu’on l’est soi-même dès lors que la guerre
    est là, que la diplomatie a échoué. Et qui peut croire que la
    diplomatie fonctionne avec des États et des dirigeants criminels et
    manipulateurs ! Ce qui fonctionne c’est la force de la loi, qui
    existe, et son application sans faille.

    Lorsqu’une
    armée est et reste financée avec les dizaines de milliards de
    dollars du pétrole et du gaz, qui coulent à flot, en détruire une
    partie ici, c’est tout simplement provoquer sa reconstitution
    ailleurs, Al Qïda, Daech, …, comment se nommera la prochaine armée
    de terroristes ? Où s’installera-t-elle ? Quoiqu’il en
    soit, les criminels, on le voit, sont déployés et dirigés partout
    sur la planète. Nous n’allons pas bombarder le monde
    entier !
    Bombardez, braves gens, ça motive nos troupes,
    ça fait des « martyrs », nous, États qui organisons et
    finançons ce terrorisme contre vous, nous ferons le reste.

    Ce
    sont ceux qui provoquent et permettent l’existence de ces armées de
    terreur par leurs financements qu’il faut mettre à terre, comme les
    textes l’exigent.

    Il
    est temps que les Nations libres ne commettent plus les erreurs du
    XXe siècle, résolutions après résolutions, erreurs qui nous ont
    valu deux conflits mondiaux majeurs et de multiples conflits
    régionaux allant jusqu’aux génocides. Il est temps de changer de
    paradigme, de dénoncer clairement les ennemis, non les
    concepts, de dénoncer les attitudes, les crimes, mais non les
    criminels, voire les religions. La guerre se gagne avec les peuples,
    lorsque les personnes et les États contre qui on doit combattre sont
    dénoncés, publiquement. Elle est perdue lorsque l’on collabore avec
    eux et que l’on ne les dénonce pas.
    Ceux qui organisent et qui
    financent le terrorisme, preuves à l’appui, doivent être
    nommément désignés par les chefs d’États des nations qui
    se disent libres, qui ne doivent dès lors se plier à aucun
    veto.
    Nos enfants meurent, nous sommes humiliés, nos libertés et
    nos institutions sont menacées, la non désignation de l’ennemi est
    une lâcheté, la collaboration est une trahison. Ceux qui y
    contribueraient seront jugés et répondront eux aussi devant le
    peuple de leurs crimes. Une demande de saisine de la CPI a été
    transmise au Procureur de la République de Paris, elle est jointe,
    chacun peut la modifier à sa guise, la compléter et lui soumettre.

  • Francis Lenne

    Beaucoup d’entre nous rêvent d’union entre tous les (très nombreux) mouvements qui agissent pour réformer et refonder nos institutions, dévoyées par les partis politiques et leurs oligarques. Belle idée que de vouloir rassembler tous les mouvements qui réclament, exigent, proposent, souhaitent, veulent, … changer nos institutions oligarchiques et obsolètes, pour rendre aux citoyens la souveraineté que les partis politiques leur ont dérobé, ce que nombre de philosophes, sociologues et autres élites avaient prévu. Citons en deux parmi des centaines, pourtant éloignés politiquement : Simone Weil, philosophe et résistante qui publia dès l’après guerre sa note sur les partis politiques et démontra qu’ils sont le mal absolu (https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=5&cad=rja&uact=8&ved=0CEYQFjAEahUKEwjHvrua6oTHAhVDPxQKHQLBAEY&url=http%3A%2F%2Fclassiques.uqac.ca%2Fclassiques%2Fweil_simone%2FEcrits_de_Londres%2Fecrits_de_londres.pdf&ei=dSG7VYewLcP-UIKCg7AE&usg=AFQjCNEOS2UJhIWyWjGI3ptTkeNjnvbcUA&bvm=bv.99261572,d.d24), ou Friedrich Hayek qui montra comment la démocratie capturée par les oligarques conduit les citoyens vers la servitude et le totalitarisme (http://www.fichier-pdf.fr/2013/11/30/la-route-de-la-servitude-hayek/la-route-de-la-servitude-hayek.pdf).
    Mais cette idée «d’union» est une fausse bonne idée. La démocratie, c’est l’expression des différences, le débat et la recherche d’un contrat social pour tous. Toute tentative d’union (et sous la bannière de qui, choisit par qui?) glissera inéluctablement vers le jacobinisme, que nous subissons, vers l’oligarchie qui est à nos portes, et vers le totalitarisme qui a déjà frappé à plusieurs reprises en Europe avec les conséquences que nous connaissons. L’union, elle existe déjà, c’est celle du peuple français, qui doit choisir entre la servitude et la liberté, et de cette union émergera une volonté contrainte par la nécessité de retrouver la liberté. C’est un combat permanent, la pente fatale de la démocratie doit sans cesse être remontée. Alors, pour stimuler cette volonté, débattons. Et montrons, avec nos différences, notre diversité, que nous sommes un peuple qui veut rester libre. Parmi d’autres, une pétition qui est aussi une démonstration de la turpitude des partis politiques qui ont voté, encore une fois sans nous consulter alors que notre Constitution le prévoit en priorité, une modification de la Constitution qui leur donne tout pouvoir sur nous pour faire évoluer les institutions: le nouvel article 11. Pétition sur https://secure.avaaz.org/fr/petition/Petition_adressee_aux_citoyens_francais_Nous_reclamons_un_referendum_mettant_en_place_une_Assemblee_Constituante/share/?new# . Un site tente de regrouper les travaux de ces groupes et de présenter de textes de travail constitutionnels élaborés en groupe, et propose des courriers adressés aux soi-disant « représentants » de la République! : http://collectifconstituant.fr.gd .

  • Francis Lenne

    Il est absolument indispensable de refonder en profondeur nos institutions pour les libérer de l’emprise néfaste, privative de souveraineté, des partis politiques et de leurs oligarques, Des projets de Constitution de nombreux groupes, commentés, ont été rassemblés sur le site http://collectifconstituant.fr.gd . La page d’accueil présente une lettre réclamant un référendum pour une assemblée constituante, pouvant aussi servir de base pour une pétition, utilisable en la modifiant à la convenance de chacun. Elle a été adressée à la Présidence de la République. La procédure d’envoi est indiquée, et chacun peut l’envoyer comme il l’entend. Un projet, à commenter, du texte de référendum est annexé à cette lettre. Il indique comment créer les assemblées constituantes locales et régionales, qui font leurs propositions, avec une coordination nationale. Ces assemblées seraient ainsi composées de citoyens constituants volontaires, puis tirés au sort parmi eux, comme le sont les jurés d’assises, au niveau des communes. Elles agiraient au niveau des collectivités de communes (ou des arrondissements de métropoles). Les élus y sont mis à contribution mais seulement à titre de conseillers sans droit de vote et à titre personnel, les citoyens constituants sont libres de leurs décisions. Les partis politiques sont absolument exclus, car une Constitution est un contrat social pour tous, qui ne peut être manipulé par des partis ou par des groupes politiques, à leur profit. Les propositions constitutionnelles n’émanent exclusivement que des assemblées locales; les synthèses sont élaborées au niveau régional, puis national, par des citoyens émanant des assemblées locales. Deux projets constitutionnels, pouvant servir de bases de travail aux assemblées locales, entièrement modifiables, sont présentés sur la page http://collectifconstituant.fr.gd/Texte-du-projet-_-Version-encours.htm (c’est un texte préparé par des ateliers constituants, soumis à commentaires), et sur la page http://collectifconstituant.fr.gd/Projet-de-Constitution-modifi-e2-e.htm (ce texte à débattre est construit sur le plan de la Constitution de 1958 actuellement en vigueur afin d’en montrer les risques pour la démocratie et il la reconstruit entièrement). Ces deux textes sont fondés sur des principes équivalents respectant effectivement la souveraineté des citoyens. Ils sont bien sûr soumis à toutes les propositions et critiques pour modifications, qui y sont intégrés au fur et à mesure. Les autres pages du site exposent les motivations du projet et les processus, également soumis à commentaires. Ces textes sont à la libre disposition de tous, en particulier des utilisateurs du site M1D. Nos institutions obsolètes, manipulées par les partis au profit de leurs oligarques, doivent être refondées par les citoyens, pour les citoyens, dans les meilleurs délais, car les partis conduisent chacun de nous, notre pays, l’Europe et le monde à la ruine, par leur cupidité. Aux actes, citoyens.

  • Explication détaillée de l’avant, pendant et après révolution. Plan qui emmène n’importe quelle société vers une société harmonieuse basée sur la démocratie directe par assemblées populaires autogérées reliées entres elles et avec prises de décisions au consensus.

    1 Grève générale et mondiale
    Pour permettre la transition, on provoque des assemblées populaires fonctionnant de façon autogérées [page 3 point 2 et page 4 point 3] pour que chacun puisse s’informer du plan, expérimenter le fonctionnement des assemblées et préparer les modalités de ce plan. Quand une masse critique de citoyens participant aux assemblées et étant en accord pour ce changement est atteinte, alors on décide d’une date pour arrêter de travailler pour pouvoir se concentrer sur la transition.

    2 Assemblées populaires partout
    Dans chaque villes, quartiers, villages est calculé le nombre d’assemblées nécessaires pour que chaque citoyen puisse faire parti d’une assemblée s’il le désire, aucune obligation, puis l’espace public est mit en condition pour que les assemblées soient efficaces. Si chaque assemblée suit le fonctionnement des assemblées détaillé dans ce plan, alors tout est fait pour que personne ne puisse diriger ou commander et qu’ainsi l’intelligence collective puisse s’exprimer. Les millions d’assemblées dans le monde pourront ensuite se connecter entre elles en passant par les forums internet, le téléphone, la radio, le courrier ou autre, en attendant que les maisons de la démocratie soient créées.

    3 Légitimité par rapport aux gouvernements
    Le pouvoir politique est transféré des gouvernements aux assemblées populaires et les décisions y seront désormais prises dedans ensuivant le principe de la démocratie directe [page 2].

    4 Établir les maisons de la démocratie
    Pour relier entre elles les assemblées de façon efficaces, des bâtiments officiels sont réquisitionnés afin d’établir des maisons de la démocratie qui fonctionnent en autogestion [page 4 point 4] les mairies ou palais présidentiels peuvent faire l’affaire. Selon le programme, une maison de la démocratie peut incorporer entre une et cinquante assemblées et il pourra y avoir un nombre illimité de maisons de la démocratie connectées entres elles.

    5 Création de lois
    Le réseau internet est utilisé, ou un réseau informatique est créé afin de mettre en réseau les assemblées, les maisons de la démocratie et chaque habitations ou citoyens, pour que soit possible la prise de décision entre assemblées au niveau mondial. Une foi que le réseau est fonctionnel, les citoyens peuvent décider des lois. Les lois dont il s’agit sont écrites au consensus et peuvent être remises en question par n’importe qui, n’importe quand ensuivant le principe défini [page 3 point 1] donc il s’agit plus de bon sens admit que de loi. La démocratie directe fonctionnerait désormais.

    6 Proposition de loi de transition économique
    La loi suivante est proposée au vote, que l’économie fonctionne sur le principe de l’autogestion, sur tous les niveaux. Cela implique que chaque citoyen pourra participer aux prises de décisions de chaque choix concernant le travail, la production, en suivant la méthode de prise de décision au consensus. L’autogestion signifie que chaque employé participe aux décisions, que chacun peut aller sur le poste qu’il choisi. Cela implique une organisation sur l’éducation entre employés pour se former les uns les autres aux différents postes. Le poste de décideur ou de patron n’existe plus. La production des travailleurs est répartie de façon juste entre chaque citoyen. L’argent, qui n’est rien d’autre qu’un moyen de distribuer les richesses, est supprimé. Et le moyen de distribution choisi est celui de définir les besoins et les envies naturelles de chacun, selon la prise de décision au consensus, puis de les satisfaire en organisant un mode de production adapté. On peut remarquer que la concurrence entre entreprise, ou l’obsolescence programmée, provoquées par le capitalisme, qui sont responsable de gaspillage des matières premières ou qui font travailler inutilement les citoyens plutôt que de travailler pour construire de façon durable, auront disparues et que les citoyens auront par ce fait beaucoup plus de repos et pourront s’employer aux décisions politiques de façon plus sérieuse ou reposée.

    7 Proposition de loi de transition sécuritaire
    La loi suivante est proposée au vote, que la sécurité fonctionne en autogestion. Cela implique une réforme de l’armée, de la police et des services de sécurité, qui arrêteraient d’avoir un fonctionnement hiérarchisé pour adopter un fonctionnement horizontal. Les décisions de travail ou de sécurité du territoire,seraient prises en assemblées au consensus. Les détails et la possibilité d’une telle réforme pourront se discuter pendant la phase 1 de ce plan, lors des assemblées provoquées partout dans le monde. Ainsi la phase précédente sur l’économie pourrait être débattue de la même manière. On peut penser que certains gouvernements ou certaines élites ne voudront pas lâcher leur pouvoir, par crainte pourtant infondée de voir leur condition de vie baisser. Il serait donc raisonnable de penser intervenir pour protéger les intérêts et la sécurité des peuples qui resteraient dominés. Et cela pourrait se penser en simultané de la proposition de transition.

    8 Harmonie mondiale
    Une fois que l’éducation populaire, la politique, l’économie et la sécurité sont en autogestion, alors la société évolue vers l’harmonie.

    *** CONSTITUTION DE LA DÉMOCRATIE DIRECTE ***

    I- PRINCIPE

    Le principe de base, c’est que dans la vraie démocratie c’est le peuple qui décide de l’organisation de la société, en assemblée populaires. Les assemblées sont organisées en réseau horizontal.Dans les assemblées personne n’est chef et aucune assemblée n’est supérieure aux autres. Aucun chef dans les assemblées, aucune assemblées cheffes.

    II- LES ASSEMBLÉES

    Il existe trois rôles dans les assemblées qui sont – facilitateur,distributeur de parole, scribe. Ces rôles sont donnés aux volontaires pour les faire et changent de volontaires d’une journée sur l’autre. On communique dans les assemblées par signes et par parole. Les discussions sont notées par le scribe sur un résumé d’assemblée. Les résumés sont ensuite échangés entres assemblées selon la méthode exprimée après, afin de créer un débat inter assemblées.

    III- LES BÂTIMENTS

    Il existe trois styles de bâtiments qui font fonctionner la démocratie.Les bâtiments pour abriter les assemblées, les bâtiments pour abriter les maisons de la démocratie et les bâtiments qui abriteraient assemblée et maison de la démocratie. Les assemblées pourraient se faire en plein air, ce n’est pas forcé d’avoir un bâtiment pour les faire.

    Dans un village comprenant 300 personnes, on pourrait faire 3 assemblées de 100 personnes et une maison de la démocratie qui relie les assemblées, ou dans une ville de 10000 personnes, on pourrait faire dix assemblées par maison de la démocratie et une dizaine de maison de la démocratie.

    IV- LA MAISON DE LA DÉMOCRATIE

    Le bâtiment de la démocratie est composé de deux endroits différents.

    A.Un qui sert pour la politique locale avec un tableau sur lequel sont affichés les différents résumés des assemblées attenantes au bâtiment. Les résumés sont donc affichés sur un tableau, puis les idées émises sont rangés par thème, toutes les assemblées abordent les sujets qu’elles veulent et les thèmes sont souvent les mêmes. Il est également possible d’adresser par courrier ou téléphone ses propositions, qui seront affichées sur les tableaux.Les idées de chaque assemblée sont donc mises ensembles par thème et il est possible de savoir ce que pense chaque assemblée sur chaque thème. Ainsi lors des assemblées suivantes, il suffit de lire les résumés de chaque thème en assemblée pour que chacun puisse savoir ce que les autres dans les assemblées voisines pensent, sans être avec eux en assemblée. Et il est possible pour chacun d’analyser les arguments des autres assemblées et de formuler des réponses qui seront notées sur le résumé puis affiché sur les tableaux et répétés après en assemblée, afin de créer un débat inter assemblée.

    B.Pour ce qui concerne le deuxième endroit de la maison de la démocratie, il servirait pour la politique globale. Les résumés des assemblées sont notés sur un ordinateur, comme pour le tableau.Puis les résumés sont classés par thèmes sur un forum, comme pour le tableau, sauf que l’informatique et l’internet permettent d’avoir un nombre infini d’assemblées et de maisons de la démocratie en réseau. Il est possible de faire un forum local pour traiter des affaires de la ville. On peut faire un forum pour la région, un pour le continent et ainsi de suite pour arriver au forum global,regroupant tous les thèmes de toutes les assemblées. Et les débats peuvent se faire sur internet depuis un ordinateur ou un téléphone portable, puis les avancées des résultats des débats sont lues ensuite dans les assemblées avec les arguments des assemblées voisines qui étaient marqués sur le tableau thématique. Cela alimente un débat d’idée dans chaque assemblée et les résultats de ces débats vont ensuite sur les tableaux et les forums, puis reviennent et ainsi de suite. Comme cela se crée un débat inter assemblées horizontal au niveau mondial.

    V- LA PRISE DE DÉCISIONS

    Et pour prendre les décisions, on fonctionne au consensus. La technique de décision au consensus demande de la pratique et de la méthode [page 3 point 1], sinon on peut en être dégoûté. Cependant elle fonctionne. Et l’idéal est l’unanimité, mais c’est compliqué d’atteindre l’unanimité avec des peuples qui sont en démocraties représentatives ou en dictatures commeaujourd’hui en 2013.

    VI- RÉSUMÉ

    Il existe donc trois principes qui protègent la démocratie directe telle qu’elle est énoncée ici. Et qui sont :
    Aucun chef dans les assemblées, aucune assemblée cheffes [page 3 point 2].
    Les maisons de la démocratie sont tenues sur le modèle de l’autogestion [page 3 point 4].
    On décide au consensus.

    *** PRÉCISIONS ANNEXES ***

    1 Méthode pour arriver au consensus et explication de ce qu’il implique

    Le consensus est différent de l’unanimité. Et il est beaucoup plus facile d’utilisation. Le consensus c’est quand personne n’est contre, quand personne ne fait veto contre la proposition qui est en vote. L’unanimité c’est quand tout le monde est pour, ce qui implique qu’il n’y ait aucun désintéressement de ceux qui votent la proposition.Pour arriver au consensus, il faut prendre en considération toutes les objections imaginables. Et remonter aux besoins de base derrière les décisions permet de réaliser que les points de vue sont bien souvent peu éloignés. L’écoute active est plus qu’attendre jusqu’à ce que l’autre ait fini de parler. N’essayons pas de contredire immédiatement. Dans une prise de décision au consensus, il n’est pas question de savoir qui gagne ou qui fait passer ses idées, c’est plus une question de trouver ce que nous avons en commun et de coopérer. Évitons la concurrence et laissons les autres inspirer. Là le fait de ne pas s’identifier à ses propres idées aide énormément, en se rappelant que, mes idées, ne sont pas les miennes. Nous recherchons des solutions avantageuses pour tous. Ici l’imagination,l’intelligence, l’expérience, sont les ressources premières,souvent il s’agit d’inventer littéralement de nouvelles solutions. Les critères ne doivent pas dépendre de la volonté ou du contrôle de certaines parties en jeu, c’est là que d’habitude on exerce plus ou moins consciemment un usage incorrect et manipulateur du pouvoir. Pour orienter les choix vers des intérêts partiaux, une bonne communication est un facteur clé, communiquer c’est gérer la relation et les conflits. Il faut faire preuve de confiance et de patience, parce que dans un climat de rancune, d’accusations réciproques et de peur, le temps et les énergies sont déployés pour détruire et non pour créer. J’ai le droit d’être traité avec respect, les autres aussi. J’ai le droit d’avoir et d’exprimer des opinions et des sentiments, les autres aussi. J’ai le droit d’être écouté et pris au sérieux, les autres aussi. J’ai le droit de dire non sans me sentir en faute, les autres aussi. J’ai le droit de demander ce dont j’ai besoin, les autres aussi. J’ai le droit de changer d’opinion, les autres aussi. En ayant un regard superficiel, le consensus semble donner un pouvoir excessif au simple individu ou à la petite minorité, par rapport au groupe. Le consensus donne effectivement un grand pouvoir aux individus, tous les individus sans distinction parce qu’il leur reconnaît la valeur, la dignité, l’unicité. Très important, un vote veto doit être justifié, et la raison ne doit pas être absurde, sinon il n’est pas valide. Un veto doit alimenter le débat pour faire progresser les idées, c’est une force, pas une faiblesse. Souvent on croit que le fait de laisser qui que ce soit pouvoir stopper une proposition va rendre impossible le consensus mais un vote contre doit s’accompagner d’un argument, sinon il n’est pas reconnu. Qui dit veto de l’un, dit écoute des autres de son désir et volonté commune de trouver une solution pour tout le monde, en faisant marcher l’intelligence collective. La prise de décision par consensus est un procédé basé sur la raison du bon sens. Pour arriver au consensus, on devra débattre avec ceux qui sont contre la proposition, qui vont expliquer pourquoi. Et s’ils ne le font pas leur vote contre sera refusé et le consensus sera déclaré atteint. Si ceux qui sont contre ont une bonne raison,alors cela emmènera un débat pour trouver une nouvelle solution acceptée par tout le monde. Si leur raison est dénuée de bon sens, elle est refusée. Le bon sens est défini par, dans, le débat. Ça parait vicié, mais la pratique montre que non. Mais il faut reconnaître aussi que même avec une utilisation parfaite de la méthode et une excellente communication, des problèmes qui ne sont pas complexes et compliqués peuvent demeurés non résolus sur le moment. Des observations visant à des améliorations peuvent être faites. Tous les problèmes peuvent se résoudre avec une discussion plus approfondie. Il faut aussi pouvoir assumer l’embarras, la fatigue et la frustration. Des fois il faut réussir à démontrer la véracité de son idée, c’est à dire que la décision qui va être prise est bénéfique au groupe ou en contradiction avec ses principes. Les propositions doivent être réétudiées jusqu’à ce que tout le monde se sente à l’aise avec elles.

    2 Explication en détail d’un fonctionnement horizontal pour une assemblée

    Trois rôles sont donnés aux volontaires.

    – SCRIBE.Ils notent les discussions, ou au moins les grandes lignes, puis les recopient sur internet afin d’avoir un regard sur ce qui se passe dans chaque assemblée.
    – FACILITATEUR.Pour devenir facilitateur, il suffit d’exprimer son envie pour et qui veut le devient, que se soit au début ou en cours d’assemblée. Il peut y avoir plusieurs facilitateur, d’ailleurs c’est le but, qu’avec l’habitude tout le monde soit facilitateur et que l’assemblée se facilite toute seule. Ils aident au débat en proposant des méthodes, essayent que l’on suive l’ordre du jour, calment les tensions, etc. Ils ne décident rien, c’est important, mais ne font que des propositions qui sont ensuite votées au consensus par l’ensemble des membres de l’assemblée. Tout le monde peut proposer un vote.
    – DISTRIBUTEUR DE PAROLE. Ils repèrent qui lève la main et ils donnent la parole aux membres de l’assemblée qui la demandent en suivant l’ordre des signes de mains.

    *** DÉROULEMENT DE L’ASSEMBLÉE. ***

    On fait un tour de cercle ou chacun peut s’exprimer, pour définir les sujets et leur ordre.
    On suit l’ordre du jour, sans être trop rigoureux non plus, en s’adaptant aux impatiences.
    On aborde chaque sujet et on recherche le consensus lors des prises de décisions.
    On défini ensuite les points importants et on peut créer des actions, des groupes de réflexions, etc.
    On peut recommencer un nouvel ordre du jour, ou clore.

    *** POUR COMMUNIQUER PLUS FACILEMENT, ON UTILISE DES SIGNES. ***

    – Si l’on souhaite prendre un tour de parole, on lève la main.
    – Si l’on souhaite intervenir directement sur ce que dit l’intervenant,on agite son index devant soi. La réponse directe est prioritaire aux tours de paroles. Mais la réponse directe ne doit faire que quelques mots, il faut répondre d’une façon très concise sinon on perd le fil de la discussion initiale. La réponse directe permet d’apaiser les tensions car on peut fixer rapidement les doutes et incertitudes de chacun quand aux propos tenus.
    – L’accord avec l’intervenant e est exprimé en agitant les mains en haut, paumes ouvertes.
    – Le désaccord est exprimé en plaçant ses bras en croix en haut.
    – Si l’on juge que l’intervention dure trop longtemps, on rapproche les paumes des mains, pour signifier plus court.
    – Si l’on doit intervenir immédiatement concernant un point technique en dehors des discussions, on place ses mains en T.
    – Si l’on souhaite que cesse le brouhaha dans l’assemblée, on place ses mains en triangle au dessus de sa tête.
    – Si on veut que l’intervenant parle plus fort, on lève les paumes des mains.

    3 Conseil pour faciliter les assemblées

    – Si l’assemblée est dehors, on peut prévoir de quoi s’asseoir, pour les anciens, ou d’autres.
    – L’assemblée se doit de tout faire pour être en cercle et que chacun puisse se voir, l’idéal est de surélever ceux de derrière, comme une arène.
    – Il est possible pour définir l’ordre du jour, de faire passer un carton avec un marqueur, en faisant le tour du cercle afin que chacun marque dessus le carton, le thème qu’il veut aborder. Et pendant ce moment, il est possible de commencer par un bavardage libre, entre l’assemblée, sans faciliter, cela peut déstresser les humeurs.
    – Pour proposer l’ordre du jour, le facilitateur peut ranger les sujets par thèmes, par ordre d’importance, en séparant les actions, des problèmes de sociétés, de l’organisation, du débat libre, des informations urgentes et ainsi de suite.
    – Lors de l’élaboration de l’ordre du jour, on peut prévoir des pauses, des repas ou des divertissements, en se tenant aux horaires.
    – Le facilitateur peut demander la durée de la présence en assemblée de chacun, lors de l’élaboration de l’ordre du jour, afin que ceux qui doivent partir aient pu parler.
    – Il ne faut pas être trop rigide avec l’ordre du jour et si certains expriment une envie urgente d’ouvrir un sujet, des fois il est préférable de laisser courir le sujet pour revenir dans l’ordre après.
    – Derrière les réponses directes se cache parfois un grand énervement, la tolérance des distributeurs de parole et des facilitateurs permettra d’apaiser les tensions.
    – Si les distributeurs de parole sont rapides, alors les réponses directes seront plus fluides.
    – Le facilitateur peut rappeler qu’il faut respecter les mains levées attendant la parole quand le débat dégénère et que chacun parle sans attendre son tour.
    – Le facilitateur peut rappeler que si on s’efforce d’être respectueux envers autrui et que l’on ne coupe pas la parole, l’humeur de chacun est apaisée.
    – Le facilitateur peut rappeler que transférer le savoir vivre, au partage de la parole est un travail qui demande beaucoup d’effort, car pour beaucoup d’entre nous, nous n’avons jamais appris cela.
    – Les facilitateurs doivent être souples et comprendre l’humeur des gens de l’assemblée afin d’éviter les conflits, parce qu’untel n’oserai pas parler.
    – Si tout le monde ne parle pas, on peut faire un tour de cercle ou chacun peut prendre la parole pour se présenter, ou donner un avis, sans obligation, parfois du soutient est nécessaire pour vaincre la timidité.
    – Le facilitateur peut proposer de faire des assemblées thématiques après l’assemblée lorsque les débats se prolongent.
    – Parfois certains ne veulent parler que d’un sujet et d’autres veulent parler de tous les sujet. Alors on peut décider ensemble de faire des assemblées attenantes qui se concentrent sur un sujet, pendant que l’assemblée principale poursuit ses débats avec ceux qui veulent aborder tous les points. Ensuite les assemblées attenantes rejoignent l’assemblée principale pour apporter les idées qu’ils ont eues afin que tout le monde puisse s’enrichir des connaissances de chacun et pour relancer ensemble le débat.
    – Si une personne vote contre une proposition et utilise son droit de veto, il se doit d’expliquer la raison de son opposition, mais s’il ne trouve pas les mots, s’il ne sait pas s’expliquer de façon claire, alors les facilitateurs se doivent d’aider la personne pour qu’elle puisse exprimer son opposition et qu’elle puisse être comprise de tout le monde. L’idéal est de considérer le vote contre une proposition comme une chance d’avoir une vision différente de la nôtre et de pouvoir percevoir les multiples facettes d’une situation afin de pouvoir peaufiner la proposition pour ne commettre aucunes erreurs que nous remarquerions par la suite.

    4 Explication d’un fonctionnement possible de l’autogestion dans une maison de la démocratie

    En autogestion, chacun est au même niveau. Aucune personne ne peut se prétendre ordonner aux autres quoi que ce soit. Chacun peut s’occuper de ce qu’il souhaite, avec sa bonne volonté. Et l’intelligence collective détermine l’efficacité de l’organisation en autogestion. Il s’agit de faire en sorte que chacun maîtrise le fonctionnement global du lieu. La logique est de devenir pluridisciplinaire, de maîtriser plusieurs disciplines. L’autogestion signifie également que chacun s’occupe de sa gestion. Les conseils se donnent de façon agréable et se reçoivent avec plaisir. Et pour cela la communication est un bon outil. Ce peut être en parlant, ou en mettant des écriteaux aux endroits appropriés, qui expliquent les principes de bases pour chaque poste. Apprendre aux autres ce que l’on sait et apprendre des autres ce qu’ils savent. C’est ce qui s’appelle l’éducation populaire. C’est un principe important de l’autogestion. Une autogestion dans le domaine du travail, combiné avec une prise de décision de la gestion du travail dans les assemblées politiques, aurait pour conséquence de diminuer la durée du travail de chacun, que ce soit parce que l’on supprimerait l’obsolescence programmée, ou que l’on supprimerait la concurrence en se concentrant sur la production selon les besoins véritables de chacun. Ainsi la diminution de travail permettrait d’alléger les journées de chacun et de s’occuper de la politique, en venant aux assemblées. Le fait d’aborder tous les sujets de société dans les assemblées, fait que l’on s’instruit et s’éduque les uns les autres par le débat. Ce qui provoque au final une forme d’éducation populaire et cela fait évoluer l’ensemble de la population, cela rend la recherche des consensus facilitée. Et c’est l’ensemble qui fait que la démocratie directe telle qu’énoncée ici fonctionne.

  • Olivier Dumas

    Bonjour,
    La démocratie ne commence-t-elle donc pas à la base ? dans le quartier, la commune, l’entreprise, le terroir, le territoire… Une juste représentation nationale ne devrait-elle pas dans ses fondement être l’expression des petites unités qui maille la société ? Alors si l’on parle à nouveau de 2 chambres, pourquoi ces unités ne seraient-elles pas représentées ? Je ne suis pas sûr que des Pierre Rabhi, Etienne Chouard, Serge latouche, Paul Ariès, Patrick Viveret, Stéphane Hessel (s’il était encore en vie), Edgar Morin et tant d’autres se complairaient à devenir des constitutionnalistes (normalement c’est nous), voire des législateurs. S’il faut une deuxième assemblée nationale je pense que son rôle devrait être avant tout la régulation, l’équilibre social et financier des territoires, des catégories sociales… Il est important de considérer toutes ces personnalités qui nous font réfléchir et ces lanceurs d’alertes qui nous font prendre conscience. Il faut qu’ils soient entendus et écoutés. C’est aux médias que revient ce rôle éducatif, émancipateur, informatif. Il y a là aussi un grand chantier est à entreprendre car aujourd’hui, s’il nous faut bannir le mot mondialisation, nous ne pouvons que constater et accepter que la terre est une, une mondialité qui prend tout son sens par l’enrichissement de nos cultures, nos différences. Cultivons nos diversités et refusons la généralisation. Nous sommes tous issus d’un terroir, et nous sommes tous citoyen du monde, tous les êtres vivants.

  • FreeGeek

    Bonjour,
    Pourquoi vous ne vous rapprochez pas du parti pirate?

    Cordialement.

  • Lestig

    Bonjour,
    Avant tout, je précise que je suis respectueux du travail qui a été fait jusqu’à présent mais malheureusement je suis persuadé qu’il nous sera impossible de créer une nouvelle démocratie et de mobiliser un grand nombre de citoyen si rien ne change.
    Ne prenez pas ça pour une critique, c’est tout simplement mon avis.

    Premier problème: Facebook.
    Facebook est une bonne chose pour faire connaitre se mouvement mais est vraiment inapproprié pour créer des sujets et suivre leurs avancements.
    Un grand nombre de personnes ouvrent des sujets, il y a des liens dans tout les sens, tous les sujets sont mélangés , bref , impossible de s’y retrouver.
    De plus, un grand nombre de personnes ne sont pas inscrit sur Facebook.

    N’ayant pas de compte Facebook, j’y suis allé avec le compte de ma femme et je m’aperçois que je ne suis pas le seul a demander un forum M1D.

    Pourquoi un forum ?

    1) Pour classer les sujets par catégorie et les retrouver rapidement.

    2) Pour voir rapidement tous le contenu d’un débat et y participer .

    3) Avoir une section « recrutement », pour pouvoir recruter des informaticiens ou autre personnes, qui ont le temps, les compétences, d’améliorer et sécuriser le forum.
    Je rappelle que dans la logique, a terme 60 millions de Français devraient pouvoir se connecter et voter sur ce forum.

    4) Avoir une section « vote ».
    Sur un forum il est très facile d’ouvrir un vote, d’en définir la durée, chacun peut voter anonymement ou pas et mettre un commentaire si il le désire.

    5) Une section, pour trouver des solutions pour faire connaitre se mouvement, (Facebook, Pub, Logo a coller, tee shirt, porte clé, etc..).

    6) Une section, pour faire connaitre des personnes qui « selon nous » ont des arguments pour faire comprendre aux commun des mortels, qu’il faut changer nos modes de vie et arrêter de détruire notre planète, si possible les rallier a notre cause.

    7) Une sections « département », ou pourrait (a moindre frais et par ses propres moyens) ce retrouver des personnes d’un département qui ont envie de se retrouver et discuter.
    J’ai vu sur Facebook un mouvement proche de celui ci, M6R pour ne pas le citer, ils veulent faire en sorte (après avoir voté) que des personnes venant de toute les régions de France ce rejoignent après avoir recueillies assez d’argents pour les déplacements et autres.
    Je pense qu’ils partent déjà dans la mauvaise direction, avec internet on a l’avantage de pouvoir aller vite, sans avoir besoin d’argent(pour le début), si on commence a attendre des fonds pour faire en sorte que quelques personnes se rencontrent, c’est une perte de temps et d’argents.

    8) Sections sur La « Charte », sur « L’assemblé », sur « les lois », etc…

    Bref, il y aurait beaucoup de section a faire, dont une, pour proposer des améliorations pour le forum(comme je viens de le faire), qui serait mis en place après qu’elle soit validée par un vote.

    Enfin voila, je constate que ce mouvement a recueilli 886 signatures (ici) et 344 membres sur Facebook (dont certainement une grande partie de doublon), alors que d’autre mouvement comme celui ci ont plus de 70 000 membres.

    Il est pas trop tard pour inverser la vapeur, je suppose qu’un grand nombre de personne inscrite ici auraient aimé s’impliquer, pour faire avancer les choses et pour faire connaitre ce mouvement.

    j’ai grand espoir qu’on passe a la vitesse supérieure en procédant différemment.

    Bonne journée a tous

  • nass

    Bonjour, je viens tout juste de signer.
    Je crois que vous allez ouvrir un forum. Regrouper peut-être le peuple par département. Pour faciliter le regroupement. Et si le peuple veux du pouvoir faut qu’il le cri haut et fort dans les rues au vue du monde.
    Longue vie au mouvement.

  • chani

    pourquoi ce site ressemble à s’y méprendre à celui du mouvement pour la 6eme république m6r ?

  • chani

    question : qui a lancé ce mouvement ? On se dirait sur le site du mouvement pour le 6eme république m6r, graphisme, couleur etc … https://www.m6r.fr/

  • Vartan Ohanian

    Bonjour a tous,
    Je souhaite attirer votre attention pour organiser une marche pacifique contre gouvernemental et contre politique GAUCHE, DROITE, FN, ETC…
    En voyant les événements actuels, les nouvelles lois répressifs soit disant pour la liberté d’expression, politique d’austérités, politique trans-atlantique, etc. 2017 n’est pas loin et nous devons commencer des aujourd’hui a montrer que nous voulons pas continuer cette politique ou les politiciens se mettent plein les poches avec l’argent publique et se prostituent aux banques, aux multinationales sans respecter l’intérêt publique!!! Je pense très humblement que si nous organisons une marche pacifique chaque dimanche le virus devrait très rapidement se répandre et on se retrouverait quelques millions dans les rues de toute la France vu le nombre d’abstentionniste, le nombre de vote blanc et le nombre de personnes qui votent sans conviction. Reprenons notre destin en main comme l’ont fait les Grecs, les Islandais et comme le font actuellement les Espagnols. Écrivons nous même notre constitution, si ça vous parle faites tourner. Merci

  • Julio Fish’o

    Bonjour à tous,

    L’information pertinente se perdant aujourd’hui dans une mer de futilités, réduisant la majorité silencieuse à la passivité et à l’égoïsme (comme le prédisais Huxley), il serait peut-être de bon ton de faire une sorte de compilation de tout ce qu’on peut trouver çà et là sur Internet permettant de se re-concentrer un peu sur l’essentiel.
    Le plus simple me parait être d’écrire un petit dictionnaire/encyclopédie du citoyen avec les vraies définitions (et exemples) des mots (sur)-utilisés et aliénés par les médias comme, entre autres: citoyen, civisme, démocratie (et ses différentes formes), république, laïcité, racisme, fascisme, nationalisme etc. Peut-être y ajouter aussi le fonctionnement de l’assemblée et de l’UE (en allant au plus simple), les 3 pouvoirs en France, TAFTA, Monsanto… Voire même utiliser des infographies qui donnent un peu de contexte à toutes ces définitions un poil rébarbatives ! Enfin ce genre de fondamentaux que nos notables ne trouvent plus bon de rappeler (au risque de les desservir !)

  • Saw Kah

    Bonjour,

    Mon intervention pour rappeler que ce qui me semble le plus important est la suppression du « Pouvoir ». Tous nos problèmes en sont issus. Plus de pouvoir, plus d’influence néfaste pour la démocratie.

    D’où l’importance du tirage au sort mais surtout l’importance de donner à tous la possibilité de s’exprimer en tant que citoyen. Les chambres représentative ne me semble pas la meilleur des idées. Au jour d’internet il est possible d’organiser des débats télévisés où tous pourraient s’exprimer et donc faire progresser les raisonnements.

    Enfin la réelle question pour le moment est bien : Comment faire en sorte que la France entière entende la proposition formulée par ce mouvement, comment faire parler de nous dans les médias de masse ?

    Heureux de participer à notre futur.

    Utopiste Debout !

  • Olivier Lacroix

    Oui, rêve et utopie sont souvent l’apanage de nouvelles idées pour organiser nos sociétés.

    Les modèles actuels sont en fin de vie, nous le constatons au quotidien. Une fenêtre s’ouvre pour penser autrement nos sociétés, certains tentent la récupération politique, le pouvoir est une maladie chronique.

    Repenser tout, intégralement, par nous même et sans éviter de prendre nos responsabilités est une chose très complexe. Notre quotidien nous impose des circonvolutions, l’abandon radical de nos repères nous inquiète et c’est bien naturel.

    Alors comment commencer, comment peser plus que ceux qui imposent, illégalement (l’élection n’est pas démocratique ou bien il va falloir nous le prouver), leurs modèles mortifères ?

    Agissons, un élan de solidarité est commencé depuis plusieurs années, il s’intensifie quand on marche sur la liberté, les libertés… On sent bien que l’utopie devient possible. Et puis, que risquons-nous d’essayer de changer nos vies ? Après tout, il nous reste le choix… du choix.

    • Manu

      Bonjour,

      Un forum est en préparation. Il sera mis en ligne dans quelques temps.

      • Lestig

        Bonne nouvelle , j’espère qu’à partir de la, nous arriverons a mobiliser des personnes qui ont envie de changer notre modèle de société.
        Bon courage pour la création du forum

    • Emi31

      Alors reu pour une new constitution?

  • Lestig

    Bonjour a tous ,

    Le M1D fait rêver, en même temps il est décevant de voir que ce genre de projet intéresse si peu de personnes.
    Je trouve l’idée de Raphaël Berland (sur les deux chambres) excellente, c’est une garantie pour que le peuple reste maître de son destin.

    N’y a t-il pas la possibilité de faire un forum pour pouvoir débattre de plusieurs sujets et les classer par catégorie, a moins qu’il existe déjà?

    Il est primordial dans un premier temps de trouver des solutions pour mobiliser du monde.

    • Emi31

      Te fais til toujour rever? Toujour motivé a se reunir?

  • Francis Lenne

    Merci pour ce mouvement citoyen, dont l’intérêt est semble-t-il d’être apolitique, si c’est bien le cas, car une Constitution est un contrat social qui nous concerne tous.
    Mais attention à ne pas faire d’intégrisme sur le tirage au sort absolu, ou sur le fondamentalisme sur les élections, ni de rejeter
    l’un ou l’autre a priori et sans débat. De nombreux travaux existent déjà sur cette question de refonte des institutions, de la prise en
    compte du tirage au sort et de la création d’une assemblée constituante, Davis Van Reybrouck a très bien exposé la question
    avec son livre au titre un peu provocateur « Contre les élections » qui présente les méthodes possibles pour marier tirage au sort et élections. Les travaux de nombreux groupes citoyens sur ces questions sont rassemblés sur le site http://collectifconstituant.fr.gd
    . Il faut aussi noter que nos élus, qui ont senti le vent venir, au-delà des mélanchonistes et autres montebourgiens et qui ne
    veulent surtout pas que les citoyens leur « volent » le pouvoir, viennent de créer entre copains un petit groupe de travail sur « l’avenir des institutions », sorte de mini constituante auto-proclamée! Voici où est est notre « démocratie » : citoyens circulez, il n’y a rien à voir, on s’occupe de vous! Leur site est sur http://www2.assemblee-nationale.fr/14/commissions/avenir-des-institutions
    . Le collectif a transmis à ce groupe les travaux présentés sur http://collectifconstituant.fr.gd et une lettre à été transmise à tous les parlementaires députés et sénateurs pour qu’ils entendent les citoyens. Notons aussi que l’actuelle Constitution ne laisse quasiment aucune place aux citoyens pour intervenir sur ces questions institutionnelles. Il nous faudra donc aussi convaincre des élus intègres et clairvoyants… Le problème, ce sont bien les partis et leurs oligarques. Soyons vigilants.

  • Bonjour Zaharia,
    Vous relevez une question primordiale et je pense que pour obtenir, il faut commencer par créer un organisme reconnu pour devenir influent. Cette question est à débattre.

  • zaharia

    Je me demande si les textes de l’Appel et du Manifeste sont rédigés de façon à garantir la liberté totale de la future Constituante ? Par exemple, ces textes ne pourraient-ils pas servir de prétexte pour empêcher la future Constituante d’opter pour un Parlement à 2 chambres comme celles que décrit ci dessous Raphael Berland ? Ou même, carrément… pour bloquer l’éventualité que cette future Constituante TAS … puisse écarter le TAS ? !
    Idem sur les conditions de désignation par TAS qui sont évoquées ci dessous par Didier ? Ne faudrait-il pas être plus précis ? Sinon, comment sera prise la décision sur la façon de se servir du TAS ?!

  • Bonjour,

    Je suis tout à fait d’accord pour une assemblée constituante tirée au sort, mais quelle organisation doit-elle avoir pour tirer au sort dans les 48 millions de personnes majeures habitant sur le territoire métropolitain et les DOM-TOM, car ce sont bien les membres qui sont tirés au sort ! Quels seront ses missions, ses pouvoirs ? S’il y a pouvoirs, quels seront leurs contre-pouvoirs ?

    Bien des questions viendront sur cette structure du tirage au sort et il est certain que nous atteindrons notre objectif quand nous aurons mis sur pieds les moyens nécessaires sans parler du projet du tirage au sort qui reste pour la plus grande partie du peuple, un chemin inconnu et aléatoire. Nous devons proposer l’inverse de l’aventure et rendre le système clair et efficace. Nos moyens de communication sont largement suffisants pour permettre les prises de décisions, de discussions, d’élaboration de programmes et de travail.

    Je voulais débattre aussi sur la demande de Raphaël Berland sur la conservation du mot « république » et dont je ne suis pas d’accord pour au moins deux raisons. La première est que toutes les républiques, connues à ce jour et dans le temps, n’ont apporté que beaucoup de déceptions et pour finir, un tyran ou une usurpation des pouvoirs. La seconde c’est que nous projetons un moyen de gouvernance totalement différent et qu’il sera mieux de remettre le mot qui nous est cher à l’endroit, c’est le mot « démocratie ». Pour cela, nous devons montrer qu’en termes de gouvernance, c’est la loi du peuple par le peuple, pour le peuple.

    Pour le tirage au sort, je verrai bien, tout en conservant les structures de découpages de la France assez bien faites, des assemblées municipales, puis un membre de cette assemblée tiré à nouveau au sort pour une assemblée cantonale. Même processus pour l’assemblée départementale, puis régionale et enfin nationale, le nombre de tirés au sort est à définir pour chaque assemblée. À côté, il peut y avoir une équipe de personnes spécialisées selon les capacités qui seront les exécutants des décisions des assemblées du même niveau. Tous sont révocables par leur assemblée d’origine.

    Qu’en pensez-vous ? Mieux vaut commencer par la base, par le peuple.

  • Je diffuse largement votre initiative et je suis de prêt son évolution j’ai fait mien votre combat ! Amitié ne lâchez rien !
    Vous pouvez voir mon efficacité ici ! https://www.facebook.com/groups/frontdupeuple/

  • Raphaël Berland

    J’ai signé l’appel du M1D à une constituante composée de citoyens tirée au sort, mais personnellement, j’ai une position intermédiaire. Je suis favorable à une Assemblée Constituante bi-camérale.

    La première chambre serait composée de Citoyens Constituants élus. Ils représenteront le peuple dans ce que le peuple pense être ses meilleurs. Ils proposeront les articles constitutionnels. Des gens comme Pierre Rabhi, Etienne Chouard, Jacques Nikonoff, François Asselineau et beaucoup d’autres pourraient ainsi être élus par ce biais. Pour diminuer l’influence des puissances financières et médiatiques classiques, il conviendra de border la campagne électorale.

    La deuxième chambre serait composée de Citoyens Constituants tirés au sort. Ils représenteront réellement le peuple (échantillon représentatif). Ils valideront ou non les propositions d’article. En cas de non validation, la deuxième chambre motivera son refus, et proposera un certain nombre d’amendements. L’article repartira ensuite à la première chambre pour être reformulé.

    L’avantage d’une telle organisation, c’est non seulement qu’elle peut convenir à tout le monde, mais également qu’elle prend les avantages des deux méthodes de désignation, en laissant les inconvénients. De plus, dans l’organisation que je propose, le peuple (dont la volonté sera clairement représenté par la deuxième chambre) aura toujours le dernier mot.

    Qu’en pensez-vous ?

    • Francis Lenne

      Ce mail n’est pas « bidon »
      C’est bien un projet de ce type sur lequel tous les citoyens doivent travailler qu’il faut lancer. Bravo. Le bi-camérisme que présente est très différent de l’actuel, donc absolument pas incompatible avec mouv1d.
      Le lien sur mouv1D sera sur le site du Collectif Constituant, qui, sans qu’aucun parti politique n’y soit associé, règle de base, présente un cadre de projet constitutionnel auquel tous les citoyens libres peuvent contribuer, sur le site :
      http://collectifconstituant.fr.gd/Accueil.htm
      Et pour sonder les reins de nos (très) chers élus députés et sénateurs, il y a un modèle de lettre à leur adresser, dans leurs bureau de nos territoires, en leur souhaitant de bonnes fêtes sur
      http://collectifconstituant.fr.gd/Lettre-aux-parlementaires.htm
      Mais comment être sûr que ce site n’est pas un sous-marin d’un parti? Merci de le prouver en indiquant, dans une page obligatoire et que je ne vois pas, les mentions légales et sa charte d’utilisation. Merci.

    • Yannick Mougin

      Bonjour Raphaël,

      je viens de lire un extrait de la « Note sur la suppression générale des partis politiques », de Simone Weil (à ne pas confondre avec Simone Veil).
      http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Simone_Weil_Note_sur_la_suppression_generale_des_partis_politiques.pdf

      à la suite duquel Etienne Chouard y a ajouté une note écrite le 22 avril 2011, dont je te cite un passage :
      « La résistance aux partis est donc très liée à la résistance à l’élection (des représentants politiques), qui est une procédure fondamentalement et inévitablement aristocratique (on choisit les meilleurs = aristos), par définition même, et donc, comme toutes les procédures aristocratiques, une procédure qui conduit mécaniquement à l’oligarchie. »

      Je pense donc que le système que tu proposes diverge fondamentalement des objectifs voulus par le M1D, et qu’ Etienne Chouard lui-même refuserait d’y prendre place.

      Cordialement.

    • infzum

      Je ne suis pas d’accord avec vous pour une élection dans l’assemblée constituante, même si ce n’est que pour une des deux chambre.
      Une très faible minorité que nous sommes estiment les personnes que vous avez cités, cependant les média se chargeront de fournir à la masse de bon candidats prêt à l’emploi qui ne représenteront aucunement la volonté du peuple mais celle des puissants.
      De plus ne pas oublier les mises en garde faites par ces même personnes concernant l’élection et les dérives qu’elle comporte !
      Je pense qu’il faut voir ces différentes personnes comme des messager, des conseillers, des citoyens éclairés, mais en aucun cas à des prophètes à qui nous confiront le pouvoir, le risque est trop grand.
      Le tirage au sort reste vital pour l’assemblée constituante.
      C’est mon avis.

      il serai intéressant de pouvoir débattre du nombre de citoyens à tirer au sort dans cette ou ces futur assemblée constituante.

    • si nous sommes libre , égaux et fraternelle , on a pas besoin d élire les meilleur .
      le tirage au sort suffit largement et ne pourra que apportée des idées nouvelles

  • Raphaël Berland

    Bravo pour cette initiative !!
    Pour ma part, j’aime beaucoup le nom « M1D », mais j’aime aussi « M1RC », le Mouvement pour la 1ère République Citoyenne. Car cela met bien l’accent sur le fait que les Citoyens n’étaient pas le centre des cinq Républiques précédentes. Je pense qu’il est préférable de garder le mot « République » auquel les français sont attachés, mais l’idée de « première » est bonne, car cela montre que nous passons tout de même à autre chose.

  • tata

    Ce mur est nul car il nous contraint à laisser nos coordonnées. De surcroit on peut tous de même mettre un mail bidon totalement inventer. Le fait de devoir entrer un mail vous réduit la possibilité de faire le buzz bien que ça ne devrait pas être l’objectif. Il faudra surement en discuter sur le mumble.

    • tonton

      Et même pour répondre alors que je suis le même auteur j’ai du re-donner un mail. À revoir de toute urgence.

      • François Hollande

        Les inscriptions sont en haut. Mais oui tout ceci est à revoir…. à voir…. enfin est en train d’être vu.
        Merci de contribuer et de rester patients. 😉
        [MODÉRATION: ce passage est une modération d’un admin du site pour dire que le message ne vient pas réellement de François Hollande]

      • Léo Girod

        Les admins, eux, ont bien vu que tu étais la même personne en tout cas, et que le mail était bidon.
        Merci, je voulais justement regarder comment ça se passait exactement.